Les GAFAM, ils sont partout, parfois clairement visibles, comme lorsque vous allez sur Google, parfois beaucoup moins, comme par exemple Amazon qui détient le site IMDB.

Les GAFAM, qu'est-ce c'est ?

Je met ce petit point pour ceux qui ignoreraient en quoi consiste les GAFAM. Ce qu'on appelle couramment ainsi ne sont autres que :

  • Google
  • Apple
  • Facebook
  • Amazon
  • Microsoft

Ces cinq entreprises dominent aujourd'hui largement internet, et il est très difficile de s'en passer réellement.

Pourquoi les GAFAM sont omniprésents ?

Tous les acteurs n'ont pas la même approche pour être présents partout. Par exemple, Amazon est très présent aujourd'hui grâce à son cloud, AWS. Beaucoup d'infrastructures que vous utilisez quotidiennement fonctionnent sur AWS, pour ne citer qu'eux : Netflix, Expedia, Adobe ou encore la BBC. Amazon est aussi présent grâce à de nombreux achats d'entreprises, j'ai donné l'exemple de IMDB, mais Amazon c'est aussi le titan du streaming de jeux vidéos, Twitch.

Apple est présent aussi, mais de par son écosystème, en effet, comme ce dernier est fermé, mais que les utilisateurs Apple représentent une part non négligeable du marché, il est obligatoire de passer par la case AppStore, qui permet entre autre à Apple de prélever sa part pour chaque transaction, et de tracer facilement les habitude de ses utilisateurs.

Facebook... Ai-je vraiment besoin d'expliquer le modèle de Facebook ? Les données personnelles sont le coeur de Facebook. Je vais d'ailleurs vous en parler plus bas. Tout comme les deux acteurs précédents, Facebook est aussi omniprésent grâce à des achats d'entreprises, comme occulus par exemple.

Google a un modèle similaire à celui d'Amazon sur certains points, notamment en ce qui concerne le cloud public avec GCP. Google amène les utilisateurs autrement à lui donner leurs informations, via la gratuité. Via la vaste panoplies d'applications gratuites comme Android ou Gmail que Google propose, la contrepartie est toujours la même : donnez vos informations personnelles, notamment pour le ciblage publicitaire, fait par une régie Google (AdSense). Comme le dit l'adage : "Si c'est gratuit, c'est que c'est vous le produit". Souvenez vous en la prochaine fois que vous ferez une recherche sur leur moteur.

Microsoft à aussi un modèle ressemblant. Tout aussi présent sur le cloud public avec Azure. Microsoft flirte entre le monde du gratuit et du payant. D'un côté, nous allons avoir des site comme hotmail, qui reprennent le modèle de google. De l'autre, nous allons avoir Windows, qui malgré le fait qu'il soit payant (bien que souvent acheté en version OEM), envoie ses données à Microsoft sur la manière dont vous l'utilisez "pour améliorer le produit". Microsoft a aussi mis un énorme pied dans les réseaux sociaux, avec deux gros achats ces dernières années : LinkedIn et GitHub.

Les GAFAM font preuve de pragmatisme

Avec ce que j'ai décrit plus haut, on pourrais croire que les GAFAM se livrent en permanence une guerre sans merci. Pourtant ce qui fait la puissance de ces entreprises est aussi leur pragmatisme.

Par exemple, Amazon utilise Office365, LinkedIn et Facebook fonctionnent au moins en partie sur AWS.

C'est aussi, selon moi, ce qui fait la force de ces entreprises, être consciente que là on est pas forcément bon, il faut aller chez le concurrent (parfois même le concurrent direct) lorsque le produit est plus fonctionnel. Cela ne les empêche pas pour autant de se livrer une guerre sans merci.

Les GAFAM, le diable incarné?

Avec le portrait que je viens de tracer, on pourrait croire que je pense que les GAFAM sont le diable incarné. C'est faux. Je considère que les GAFAM contribuent à améliorer le paysage de l'IT en général, mais qu'il faut être conscient de la contrepartie demandée.

Le cloud a révolutionné le monde de l'IT ces dernières années. Amazon, Google et Microsoft y sont pour beaucoup, car ils ont permis de démocratiser le cloud public et le rendre accessible et utile à toutes les entreprises quelle que soient leurs tailles, mais aussi aux particuliers.

Google par exemple est à l'origine de Kubernetes, on connait la puissance des containers et orchestrateurs aujourd'hui. Kubernetes y est pour beaucoup sur l'engouement qu'il y a eu autour de ces technologies. Le fait que les GAFAM soient des contributeurs majeurs sur ce dernier aide aussi beaucoup à son adoption je pense.

Je pourrais citer encore plein d'autres sujet où je pense que les GAFAM ont amélioré les choses. Mais encore une fois, il faut être conscient de la contrepartie.

Le cas des réseaux sociaux

Je vais parler ici principalement de LinkedIn et Facebook. Néanmoins, le sujet pourrait être étendu à YouTube par exemple.

Les réseaux sociaux sont le paradis des GAFAM. Plutôt que de demander les informations personnelles, information que l'on peut être réticent à donner, les utilisateurs des réseaux sociaux les donnent d'eux même! Pour petit rappel, toute informations publiées sur ces derniers leur appartiennent. Même un simple "like" est une information utile, un message envoyé, un "post", même a un cercle privé, une photo envoyée à un ami : tout appartient à l'hébergeur, ça fait d'ailleurs partie des conditions d'utilisation, vous savez le truc que tout le monde valide sans le lire.

Il y a néanmoins quelques nuances. Sur LinkedIn, vous données sont revendues en partie via le "LinkedIn premium" souvent utilisé par les entreprises pour chasser leur futures recrues. Sur Facebook, je compte plus le nombre de partage et de "tests" (sic) complètement inutiles si ce n'est récupérer un maximum d'informations personnelles.

Petit exemple au hasard, je me suis amusé à regarder mes autorisations demandée par un test que j'ai vu plusieurs fois sur mon fil Facebook, "Quel personnage de Star Wars es-tu?", très à la mode en ce moment, avec un photo de baby Yoda pour appâter autant que possible. Voici la liste des données auxquelles peut accéder le "test" :

  • Nom et prénom
  • Localisation
  • Amis
  • Droit de poster sur votre mur FaceBook

Plutôt pas mal pour un test qui n'a aucun sens, l'éditeur du test se fait ainsi sa petite base de données qu'ils peut aisément vendre par la suite, et tout ça sans aucun effort puisque les utilisateurs lui donnent leur informations de plein gré!

Un combat perdu d'avance ?

On pourrait croire que se battre contre les GAFAM, ces titans est un combat perdu d'avance. C'est faux!

De nombreuses initiatives ont montrées que des alternatives aux GAFAM peuvent naître, par exemple la popularité des moteurs de recherche DuckDuckGo ou Qwant ont montrés que de vrais alternatives à Google.com existent. Au niveau cloud, des solutions de Cloud privée existent et sont très puissante, comme OpenStack. On peut aussi citer les navigateurs alternatif qui n'envoient pas les données aux GAFAM, pour ne citer qu'eux (mais la liste est loin d'être exhaustive), on pense par exemple à Firefox ou Brave (j'utilise ce dernier pour ma part).

De même, certains éditeurs commencent à prendre conscience que les utilisateurs ne sont plus aussi d'accord pour offrir leur données, les mise en place des contraintes liées au RGPD aidant aussi sur ce point.

Mais surtout, c'est à nous utilisateurs de changer les choses. Ce sont nos choix, nos habitudes, l'utilisations d'alternatives qui peuvent faire bouger la position de ces GAFAM. Aucun d'entre eux n'est "too big to fall", les multiples échecs de chacun le montrent facilement.