Juniors : mes 12 astuces pour mieux réussir vos entretiens techniques

7 minute de lecture
Juniors : mes 12 astuces pour mieux réussir vos entretiens techniques
Photo by Cytonn Photography / Unsplash
Ecoutez ce billet avec Amazon Polly Comment ça marche ? (Bientôt ;) )

Cela fait quelques années que je fais passer régulièrement des entretiens techniques. Dans ce billet, j’ai voulu vous compiler un peu mes astuces/remarques/points (rayez la mention inutile) afin que ces derniers se passent au mieux pour vous.

Comme indiqué dans le titre, ce billet s’adresse plus particulièrement aux profils juniors (sans aucune condescendance), mais chacun peut y trouver des points utiles.

Avant l’entretien

1) Se renseigner sur l’entreprise

Lorsque vous allez en entretien, cela signifie que vous envisagez de rejoindre une entreprise. Le mieux dans ce cas est de vous renseigner un minimum sur celle-ci. Cela passe par le site institutionnel de cette dernière, son (ou ses) blog(s), mais aussi des sites tiers qui permettent d’avoir les avis des employés actuels ou passés.

Cela permet d’avoir un discours pluriel et donc de savoir dans quoi l’on s’engage. Rien n’est pire qu’une entreprise au management toxique par exemple. Eventuellement, cela vous permet aussi de poser des questions supplémentaires lors de l'entretien pour en savoir plus sur l'entreprise.

2) Préparer sa présentation

C’est souvent ma première question en entretien : "J’ai votre CV devant moi, mais j’aimerais que vous m’en parliez vous-même". Non pas que je n’ai pas lu le CV (je lis les CV très attentivement au contraire), mais je veux savoir ce que vous voulez me présenter. La manière dont vous allez présenter votre CV va influencer l’entretien. Pour ma part, c’est ce qui me permet de voir les choses que vous avez réellement travaillées ou les buzzwords présents dans le CV.

De même, de manière assez naturelle, ça va permettre de voir ce que vous considérez comme important ou mineur dans votre expérience. Attention toutefois à ne pas tomber dans la récitation par cœur. Restez naturel, c’est votre expérience, donc la manière dont vous le racontez doit être aussi unique que votre CV l’est.

3) Attention au piège des buzzwords

Il peut être tentant de mettre sur votre CV une flopée de buzzwords de technologies à la mode. C’est en partie ce qui fera que vous serez remarqués.

Attention toutefois, lors de l’entretien technique vous aurez (souvent) quelqu’un avec un bon bagage technique. Son job : déceler le vrai du faux dans ce que vous dites savoir faire.

Un CV trop shiny est suspect sur quelqu’un avec peu d’expérience, et autant se le dire tout de suite, un expert verra en une à deux questions si vous essayez de le baratiner.

Si vous mettez une technologie, un sujet, une méthodologie, vous devez vous attendre à ce qu’on vous demande d’en parler, donc il faut que vous sachiez un minimum en parler, donc n’hésitez pas à réviser vos bases en amont. Tout ce qui est sur votre CV équivaut à une question possible.

4) Identifier les attentes

Si vous avez fait quelques recherches sur l’entreprise (premier point de cette section pour ceux qui n’ont pas suivi), vous savez quelles sont les attentes de l’entreprise. Vous savez donc quels sont les sujets que vous devez maîtriser mieux que d’autres, mais aussi comment orienter votre discours. Comme j’aime à le dire, un entretien est une vente : vous vous vendez à l’entreprise. Vendez donc un produit adapté à l’entreprise. Savoir que vous avez fait de la pêche est sans doute un point que vous avez aimé dans votre carrière, mais est-ce que ça vous apporte quelque chose pour manager un cluster Kubernetes ?

Bonus) Avoir des réalisations à présenter

Je le met en bonus, car ce n'est pas pour moi un vrai prérequis mais plutôt quelque chose qui peut aider à convaincre.

Il peut parfois être pertinent d'avoir du contenu que vous publiez et que vous pouvez partager avec le recruteur. Par exemple, pour ma part, j'ai déjà présenté ce blog.

Il peut aussi s'agir de repository GitHub, de vos contributions à de l'open source, d'intervention dans des conférences, etc.

Il s'agit simplement de bonus, mais c'est un bon élément pour démontrer vos compétences.

Pendant l’entretien

5) Posez des questions

L’entretien technique est aussi l’occasion pour vous, candidat, de mieux connaître l’entreprise. Un entretien va dans les deux sens, vous devez convaincre l’entreprise, mais l’inverse est aussi vrai. Il ne faut pas hésiter à poser des questions, sur le fonctionnement de l’entreprise, le quotidien des personnes au même poste, etc.

Ces questions vous permettront de savoir où vous mettez les pieds, c’est un point tout aussi important que convaincre votre interlocuteur.

6) Prenez des notes

N’hésitez pas à prendre des notes de ce qu’on vous donne comme information, si on vous demande de synthétiser votre réflexion, il ne faut pas non plus hésiter à schématiser : un bon schéma vaut mille mots !

Ce point est d’autant plus important si on vous donne un sujet de réflexion : notez les points que vous identifiez comme important, ça vous permettra de vous assurer de ne pas répondre à côté du sujet.

7) Moins de "Je", plus de "Nous"

Quand vous rejoignez une entreprise, vous rejoignez souvent une équipe, et vous en quittez souvent une autre.

Savoir ce que vous avez fait dans vos précédentes expériences est évidemment important, mais la manière dont vous le présentez l’est tout autant.

Personnellement, je me méfie beaucoup des candidats qui utilise "Je" à chaque phrase plutôt que "Nous". En tant que junior, il est assez rare d’avoir tout fait en solo, il n’y a aucune honte à l’indiquer. Au contraire, cela peut être rassurant de savoir que vous "ne jouez pas perso". Une entreprise, c’est un ensemble de gens qui sont censés aller dans le même sens.

Attention toutefois, le but n'est pas de vous effacer complétement, il est important de savoir ce que vous savez faire de vous même, en solo!

8) "Je ne sais pas" est une réponse acceptable

C’est l’une des premières remarques que je fais en entretien : "Je ne sais pas" est une réponse acceptable. Il n’y a aucune honte à ne pas avoir réponse à tout, au contraire, c’est humain.

Par contre, si vous me dites que vous êtes expert Docker, et qu’une première question de base (par exemple, comment limiter le CPU utilisé par un container) a comme réponse "Je ne sais pas", ce n’est pas forcément rassurant.

9) Parfois, il n’y a pas de bonne réponse

Pour poursuivre le point précédent, parfois, il n’y a pas de bonne réponse. Dans les mises en situation que je fais en entretien, la solution m’importe souvent peu. Ce qui va m’intéresser bien plus par contre est la réflexion qui va mener à l’idée.

Petit exemple, vous me dites que vous allez héberger une solution sur AWS, ma prochaine question va être "Pourquoi AWS, et pas GCP ?". Le but est de comprendre le cheminement qui vous a conduit à ce résultat, pas forcément le résultat en lui-même.

10) Sortez du lot, mais attention

Le but d’un entretien est évidemment de sortir du lot, il faut que vous montriez qu’il vaut mieux vous embauchez vous que quelqu’un d’autre, mais attention, être trop atypique peut aussi jouer contre vous. Le but est que vous rejoignez une équipe, une entreprise et rien n’est pire qu’un électron libre. Sortir du lot, se démarquer est bien, mais il faut savoir où se trouve les limites, se démarquer trop peu aussi effrayer votre employeur potentiel. Restez vous même, tout en fixant éventuellement des limites.

Après l’entretien

11) Faire confiance à son ressenti

Comme je l’ai dit plus haut, un entretien va dans les deux sens. C’est pourquoi il est important de noter aussi son ressenti. Si vous n’avez pas un bon feeling suite à l’entretien, faites vous confiance. Mieux vaut "rater" une opportunité que de s’engager dans une entreprise où l’on ne va pas se sentir bien. C’est un point qu’on sous-estime souvent, mais le mental est aussi important que le salaire que vous demandez.

Être dans une entreprise ayant des comportements toxiques finira par vous peser à un moment ou à un autre… Je sais de quoi je parle à ce sujet.

12) Ne pas hésiter à demander un feedback

Que l’entretien soit positif ou non, il ne faut pas hésiter à demander un retour. Il y a toujours des points sur lesquels on peut s’améliorer, avoir un regard extérieur peut parfois vous permettre de les mettre en exergue.

À titre d’exemple, suite à mes entretiens chez WeScale, voici ce que j’avais eu comme feedback :

La faute de frappe prouve que c'est l'original :)

Je n’ai aucune gêne à les partager, ce sont des points que j’ai accueillis très favorablement. Savoir on l’on a "réussi" l’entretien, mais aussi identifier les axes d’amélioration est primordial pour continuer d’évoluer. Cela permet aussi d’en savoir plus sur ce que l’entreprise a vu suite à vos échanges.

Pour résumer

Un entretien est bidirectionnel, ne l’oubliez pas. Si vous voulez maximiser vos chances, n’hésitez pas à le préparer un minimum.

Il n’est pas nécessaire de connaître l’entreprise sur le bout des doigts, mais simplement de savoir ce qui vous attend en avance.

De même, faites confiance à votre instinct, si vous avez un mauvais ressenti suite à votre entretien, il est peut-être nécessaire de vous demander si c’est ce que vous voulez au quotidien.

Et vous, avez-vous d’autres astuces à partager ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires !