Il y a tout juste un an, je démarrais ce blog. Plus qu’un passe-temps, ce dernier m’a permis de prendre confiance en moi et mes capacités.

J’en ai déjà parlé par le passé, de par ma non-formation professionnelle, je suis souvent entouré de personnes diplômées et très compétentes, et j’ai toujours eu cette gêne, celle de ne pas me sentir à ma place, d’être un imposteur à mon poste.

Un problème humain plus que technique

Quand je regarde, dans toutes mes missions, je n’ai pourtant que très rarement eu des commentaires négatifs. Mes clients ont toujours été satisfaits de mon travail. Néanmoins, j’avais l’impression d’usurper un poste que je ne méritais pas autant que des personnes qui avaient fait de longues études pour l’atteindre.

Ce problème s’est accentué il y a un an et demi, lorsque je suis passé cloud architect chez Médiamétrie. J’avais l’impression d’être moins méritant que mes collègues et de ne pas être assez bon pour ce poste qui demande une bonne vision du paysage du SI de l’entreprise.

Fort heureusement pour moi, j’ai eu des collègues géniaux qui m’ont soutenu, encouragé, motivé pour que tout se passe au mieux.

Prendre confiance en ses compétences : un long chemin

Au début de l’année dernière, j’ai fait pour des collègues une présentation des nouveautés présentées au Re:Invent de novembre, pour être exact, j’ai refait la présentation qu’AWS avait fait dans nos locaux pour des collègues distants qui n’avaient pas pu en profiter en raison de soucis techniques.

Néanmoins, pour cette seconde présentation, j’ai pris une initiative, celle d’enregistrer en vidéo l’ensemble de la présentation (faite au travers de Microsoft Teams). Je pense que vous imaginez aisément la difficulté pour quelqu’un qui doute autant de ses capacités que de s’enregistrer… Cela signifie que le moindre mot, la moindre erreur sera visible de tous.

J’ai fait cette vidéo, et bien que craignant les retours, j’ai décidé de communiquer cette dernière à l’ensemble de la DSI. Contrairement à ce que je craignais, les retours ne se sont pas fait attendre, et ont été très positifs, certains saluant l’effort pédagogue que je faisais, et le fait d’enregistrer pour en faire profiter le plus grand nombre.

L’étincelle qui a allumé ce blog

Cela faisait quelques mois que je voulais me faire un petit blog pour parler de ce que j’aime faire, mais encore une fois, j’étais persuadé que ça n’intéresserait personne et que j’allais me ridiculiser.

Le fait de faire cette vidéo en interne m’a permis de prendre suffisamment confiance en moi pour démarrer ce blog sur lequel vous êtes aujourd’hui.

Mon premier article hésitant, qui m’aura pris plusieurs jours d’écriture m’a permis de voir que j’aimais faire ça. Quelques dizaines d’articles plus tard, j’ai maintenant trouvé mon rythme de croisière, et écrire me semble plus naturel.

Le savoir est une richesse qui doit se partager

Je considère que la connaissance et l’expérience sont des choses que l’ont doit partager, que l’on doit étendre et être capable de les remettre en question.

Ce blog m’a permis de partager mes expériences et ce que je connais, mais il m’a aussi permis d’échanger avec beaucoup de personnes d’horizons différents.

Il m’a permis aussi de prendre confiance en moi. Même si je ne me sens pas forcément à ma place, j’ai plus confiance en moi qu’il y a un an, le fait de savoir que mes posts sont lus, partagés, commentés, remis en question me permet de voir que je suis accepté par mes pairs.

C’est pour moi la vraie réussite au travers de ce blog, cela m’a permis de m’ouvrir et de voir que je ne suis pas aussi mauvais que je le pense.

Avoir un bon entourage est important

Lorsque j’ai douté de mes capacités, j’ai eu la chance d’avoir des collègues et amis qui m’ont toujours soutenu et motivé. Des gens qui ont cru en moi quand moi même je n’y croyais pas.
Ce sont ces personnes qui m’ont permis d’aller toujours plus loin. Au travers de ce post, je voudrais aussi remercier toutes les personnes (qui se reconnaîtront sans doute) pour leur aide précieuse durant toutes ces années, qui m’ont permis d’arriver là où j’en suis aujourd’hui.